<![CDATA[Les Espaces Discrets - Les chroniques]]>Sat, 23 Jan 2016 17:49:04 -0500Weebly<![CDATA[Derniers messages sur ce site]]>Sun, 13 Dec 2015 02:39:07 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/message-temporairePas de nouveaux dialogues ces temps-ci bien que plusieurs soient déjà écrits car il me faut revoir la direction qu'ils prennent avant de continuer et je n'ai pas le temps en ce moment. Tout le monde va bien cependant, Héron est revenu et va repartir, Ecureuil n'a pas encore parlé mais ça va venir, Bâton est maintenant plus droit, Femme-Arbre attend patiemment ses visites, Ange est fort occupé à donner un coup de main au Père Noël (oui, ils sont en relation par moment), les autres continuent leur vie tranquille.

01/13/16

This site is now at http://lecomtedominique.com/lesespacesdiscrets
]]>
<![CDATA[A propos des nomades (suite)]]>Tue, 27 Oct 2015 17:33:12 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-des-nomades-suite
 Canard: eh, Oie, tu viens d'où?
Oie: de l'Arkansas, et toi?
Canard: de l'Oklahoma, nous étions voisins alors.
Oie: tu as entendu qu'il y a eu de fortes tempêtes là-bas la semaine dernière? Nous sommes partis juste à temps.
Canard: oui, j'ai bien peur que mes oncles qui ne voulaient pas partir avec nous ne s'en soient pas remis
Oie: c'est pareil pour nous, nous étions vingt pour descendre mais six ont voulu rester plus longtemps au sud, je ne crois pas que c'était une bonne décision.
Canard: c'est toujours un pari, se mettre en route ou rester, il y en a toujours qui sont d'avis contraire et on ne sait jamais qui
écouter.
Oie: en définitive, je crois que ça se décide toujours par rapport aux ressources disponibles.
Canard: tu veux dire que nous sommes nomades mais pas libres de nos choix?
Oie: oui, je crois mais c'est le sort de tout le monde et comme toi,  j'aime les grands espaces azurés et les longues distances donc cela suffit à mon bonheur.  Je ne comprends pas pourquoi certaines oies ont décidé de devenir sédentaires
Canard: ce sont sans doute des mutantes
Oie: ou des paresseuses.
Canard: elles vont peut-être perdre leurs ailes.
Oie: oh, tais-toi, quelle horreur!
Canard: ah, ah, ce seront de grosses poules, j'en ai vu dans des enclos, elles ne parlent même plus le même langage que les poules sauvages.
Oie: Canard, arrête, ce que tu dis n'est pas drôle.
Canard: bon, bon, ne te fâche pas. Dis-moi, ta bande et toi, vous montez jusqu'au Canada?
Oie: non, nous nous arrêtons au nord du Maine. Il y a de grands lacs vierges là-haut, nous y sommes bien pour élever nos petits.
Canard: nous, nous allons au Canada, juste de l'autre côté de la frontière, nous serons donc à nouveau voisins.
Oie: alors nous nous retrouverons peut-être ici sur le chemin du retour.
Canard: ce sera avec plaisir, Oie.

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum

Subventionnez ces textes en allant sur Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions


]]>
<![CDATA[A propos des nomades]]>Thu, 15 Oct 2015 16:33:28 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-des-nomadesBâton: tiens Canard, te revoilà, tu étais où? 
Canard: en Oklahoma, Bâton, en Oklahoma, comme d'habitude 
Bâton: ah, c'est vrai que tu passes l'hiver là-bas, comme Héron. Tu l'as vu? 
Canard: oui, il m'a dit qu'il revenait bientôt, il attendait que nous partions pour se préparer. 
Bâton: les routes sont trop encombrées?! 
Canard: moque-toi, Bâton, mais si tout le monde partait en même temps, cela poserait des problèmes de nourriture et d'espace. 
Bâton: je suppose Canard, je suppose. Tu vas rester longtemps? 
Canard: une semaine, le temps de reprendre des forces. Mes amis et moi allons au Canada, ça nous fait encore un bout de chemin. 
Bâton: pourquoi aller si loin? 
Canard: c'est l'habitude Bâton, chaque canard retourne là où il est né, ça évite la surpopulation a un endroit donné. C'est comme pour les dates de vol, chacun a ses horaires et ses routes, c'est plus facile. 
Bâton: que de trajets et de complication quand c'est si  simple de vivre et rester à un endroit. 
Canard: tu parles ainsi parce que tu ne connais pas la joie de voyager, de changer d'horizon, d'être nomade. 
Bâton: ce n'est donc pas à cause du froid que vous partez? 
Canard: si, bien sûr, nous ne sommes pas bien équipés pour la neige et le gel mais je ne suis pas sûr que j'aimerais ne plus voyager comme certaines des oies qui restent maintenant ici presque toute l'année. 
Bâton: oui, j'ai remarqué, avec les humains et les changements qu'ils introduisent, ça devient plus facile de subsister à un même endroit. 
Canard:  si elles ne volent plus, elles vont devenir obèses et ne seront bientôt plus des oies. Moi je ne veux pas être autre chose qu'un canard voyageur, alors je voyage. 
Bâton: mais tu ne sais pas comment les saisons changent les étangs et la forêt par ici puisque tu ne restes jamais assez longtemps pour le voir. 
Canard: oui, c'est vrai Bâton, le changement que je cherche se trouve ailleurs. 
Bâton: il y a des voyages dans le temps et d'autres dans l'espace. Pour moi, rester au même endroit est un changement suffisant. 
Canard: ce que tu dis est intéressant, Bâton, je n'avais jamais considéré le voyage sous cet angle. 
Bâton: donc tu es convaincu, tu restes? 
Canard: non, comprendre, ce n'est pas forcément accepter.

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum 
 
Subventionnez ces textes en allant sur
Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions

]]>
<![CDATA[A propos du bonheur]]>Thu, 01 Oct 2015 15:22:18 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-du-bonheur
Baies vertes: dites-nous, Baies Bleues, comment ça se passe chez Bâton, vous êtes heureuses? 
Baies Bleues: nous nous sentons bien et nous savons que notre vie ne sera pas vaine, cela semble-t-il une bonne réponse? 
Baies Vertes: c'est en tout cas mieux que de ne se sentir ni bien, ni à sa place. Vous manque-t-il quelque chose? 
Baies Bleues: non, rien, nous sommes admirées, nous savons que notre présence est source de joie, nous savons que nos désirs seront comblés, nous comptons pour quelqu'un, que demander de plus? 
Baies Vertes: la liberté, l'idée que tout est ouvert et possible. 
Baies Bleues: nous avons vécu longtemps libre et dans l'attente mais l'horizon ne s'ouvrait plus que sur des paysages déjà connus et de plus en plus vides. Il nous fallait du changement, nous l'avons eu et nous ne regrettons rien. 
Baies Vertes: vous avez renoncé à votre liberté pour ne plus vous occuper que d'un seul? 
Baies Bleues: oui, vous pouvez dire cela; nous avions besoin d'une attache. 
Baies Vertes: nous, nous aimons nous balancer sur nos tiges et nous offrir aux oiseaux voyageurs. Nous ne voulons pas être prisonnières d'un seul passant. 
Baies Bleues: si vous pouvez le faire, c'est bien, mais nous, nous n'avions plus cet espoir puisque nous n'attirions plus la convoitise de ceux pour lesquels nous étions destinées. Nous étions devenues invisibles. 
Baies Vertes: voulez-vous dire que le bonheur est dans le regard des autres? 
Baies Bleues: le regard des autres y a une part, c'est sûr. Nous étions heureuses de savoir que nous étions jolies et en route pour un beau voyage mais le jour où celui qui devait venir nous prendre nous a ignoré, il n'y avait plus de bonheur possible puisque nous n'avions plus de sens. 
Baies Vertes: pourtant, Bâton vous a cueilli pour décorer sa maison, rien de plus, il aime une plante de son espèce. 
Baies Bleues: il nous aime aussi à sa façon et surtout, il nous permet de réaliser notre destinée, alors qu'importe le reste. 
Baies Vertes: mais le bonheur n'est-il pas aussi dans le regard que l'on porte sur soi? 
Baies Bleues: parfois nous avons envie de sourire et nous le faisons parce que nos soucis ont disparu, ne croyez-vous pas que c'est un bon signe? Notre vie telle qu'elle est maintenant nous suffit. Pour le reste, nous ne nous posons pas de questions. 
Baies Vertes: alors nous vous envions peut-être mais nous ne sommes pas encore sûres de vouloir nous donner entièrement. 
Baies Bleues: si vous êtes d'accord avec vous-mêmes, n'est-ce pas suffisant? 
Baies Vertes: oui, vous avez raison mais nous devrions reparler de tout cela dans quelque temps pour voir comment nous avons évolué. 
Baies Bleues: le rendez-vous est pris, Baies Vertes, le rendez-vous est pris. 

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum 
 
Subventionnez ces textes en allant sur
Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions


]]>
<![CDATA[A propos de la meilleure façon d'avancer]]>Fri, 18 Sep 2015 00:24:56 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-de-la-meilleure-facon-davancerLapin: salut les tortues, vous voulez faire la course? 

Tortues: Lapin, tu ne vois pas que nous sommes des tortues d'eau, tu veux te noyer? 

Lapin: oh mais je sais nager, que croyez-vous, un lapin sait tout faire. 

Tortues: il sait surtout se vanter parce que pour le reste, il se laisse vite distraire. 

Lapin: détrompez-vous Tortues, nous autres lapins semblons têtes en l'air mais nous savons bien ce que nous faisons. 

Tortues: vous ne pensez qu'à folâtrer et à vous amuser, tout le monde sait cela. 

Lapin: mais justement Tortues, c'est ce que nous voulons faire, sinon à quoi bon vivre? 

Tortues: il faut penser, Lapin, il faut réfléchir, la vie est une chose sérieuse qui demande temps et patience. 

Lapin: ah oui, c'est pour cela que vous prenez le soleil toute la journée sur votre tronc, pour réfléchir? 

Tortues: nous observons, Lapin, nous échangeons nos idées, nous tirons des conclusions. 

Lapin: et à quoi cela vous sert-il? 

Tortues: nous devenons plus sages. 

Lapin: mais à quoi vous sert cette sagesse sinon à avoir cette tête toute ridée et toute soucieuse? 

Tortues: le monde est compliqué, Lapin, les décisions ne sont pas faciles à prendre, tu ne vois donc pas cela? 

Lapin: oh là , Tortues, les choses sont bien plus simples que vous ne le pensez, pourquoi ne venez-vous pas jouer avec moi dans le pré? 

Tortues: jouer, lapin, tu n' y penses pas, nous n'avons pas le temps. 

Lapin: vous n'avez pas le temps de courir, pas le temps de jouer, pas le temps de batifoler, votre vie est comme votre marche, lente, régulière, monotone. 

Tortues: Lapin, encore une fois, nous ne marchons pas, nous sommes des tortues d'eau 

Lapin: eau ou terre, vous êtes des tortues et j'ai encore eu tort de venir vous voir, je n'arrive à rien avec vous. 

Tortues: tu veux dire que tu n'arrives nulle part, c'est ça? C'est bien la preuve que notre pensée va plus vite que tes pattes. 

Lapin: vous avez peut-être raison sur ce point, Tortues, mais mes pattes me font voir du pays et c'est ce que j'aime alors adieu, où que vous alliez, mon chemin me plait mieux que le vôtre.

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum 

Subventionnez ces textes en allant sur
Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions


]]>
<![CDATA[A propos des hésitations et des regrets]]>Mon, 15 Jun 2015 18:59:01 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-des-hesitations-et-des-regretsDaim1: ah, te voila Serpent!  Dis-nous, est-ce vrai que tu regrettes ce que tu as fait à Eve.  
Daim 2: et si c'est le cas, pourquoi n'es-tu pas parti ailleurs au lieu de tout transformer?  
Serpent: chers Daims, je vois que vous avez parlé avec Bâton! Oui, c'est vrai, je regrette et vous avez raison, j'ai hésité à partir mais je préférais que ce soit elle qui parte.  
Daim1: nous, si nous sentons un danger, il doit exister et nous fuyons.  
Daim2:  nous savons que nous n' avons pas beaucoup de moyens de nous défendre alors l'ignorer ou le braver nous ferait sans doute du mal.   
Serpent: c'est vrai, j'aurais pu fuir, j'aurais aussi pu mordre Eve mais elle ne me menaçait pas directement alors je n'y ai pas pensé.  
Daim1: pourquoi ne lui as-tu pas dit que tu ne voulais plus la voir?  
Daim2: tu avais peur d'elle?  
Serpent: je ne voulais pas la provoquer ouvertement, le danger aurait alors été trop grand.  
Daim1: donc tu as choisi par lâcheté.  
Daim2: c'était plus facile de lui mentir à propos de la pomme.  
Serpent: eh les Daims, doucement, un humain peut me faire du mal comme à vous, je devais penser à me protéger.  
Daim1: alors tu n'as pas vraiment choisi.  
Daim2: tu as juste pris plus de temps pour te décider parce que tu pensais avoir plus de possibilités.  
Serpent: je crois que vous avez raison, c'était difficile de trouver la bonne réponse mais il n'y avait finalement que celle là.  
Daim1: c'est sans doute toujours le cas.  
Daim2: on hésite à la prendre parce que ça signifie écarter le reste mais en prendre une autre serait pire.   
Daim1:   il ne te reste donc qu'à vivre bien avec tes choix.  
Daim2: tu nous a gâché notre paradis mais tu as animé notre vie.  
Serpent:  vous avez beaucoup de bon sens mes amis, j' ai bien fait de venir par ici.  
Daim1: ah, ah, c'était la bonne décision cette fois-ci! Rappelle-toi, un daim peut en cacher un autre.  
Daim2: et un daim vaut mieux que deux tu l'auras. 


Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum 

Subventionnez ces textes en allant sur Tipeee (dons en euros) ou Patreon 
(dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions
]]>
<![CDATA[Héron, l'instinct, les messages ]]>Tue, 09 Jun 2015 18:32:45 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/heron-linstinct-les-messages
Bâton: eh Oiseau, tu sais où es Héron? Je ne le vois plus ces temps-ci 
Oiseau: il est parti en Oklahoma il y a quelques jours. 
Bâton: en Oklahoma? Mais qu'est-ce qu'il va faire là-bas, c'est dangereux, il y a beaucoup de chasseurs.  
Oiseau: oh, il est malin, il a sa résidence dans une réserve, c'est plus sûr. 
Bâton: oui mais le trajet, la distance… 
Oiseau: il vole de nuit et il prend son temps. Il connait bien le chemin, ne t'inquiète pas pour lui. 
Bâton: il ne voulait pas rester avec nous? 
Oiseau: il y a pensé, surtout si tu lui apportes des poissons régulièrement, mais il fait trop froid et si le lac est gelé, il n'a rien à faire. 
Bâton: c'est vrai, je n'y avais pas pensé. Il va me manquer. Tu as son adresse? 
Oiseau: je l'ai quelque part au cas où quelque chose arriverait. 
Bâton: quelque chose? 
Oiseau: s'il n'y a plus de poissons par exemple. Tu sais que les étangs sont peu profonds et remplis de feuilles mortes, s'il gèle trop, il n'y a plus assez d'oxygène dans l'eau libre et les poissons meurent. 
Bâton: tu plaisantes? 
Oiseau: pas du tout, Bâton, ça s'est vu. 
Bâton: pour un volatile, tu en connais un rayon sur la nature, tu m' impressionnes. 
Oiseau: voyons, Bâton, comment crois-tu que nous survivons si nous n'apprenons rien du monde qui nous entoure? 
Bâton: je pensais que c'était l'instinct qui vous guidait. 
Oiseau: l'instinct! On n'irait pas loin avec l'instinct, les conditions changent vite et il nous faut nous adapter, surtout maintenant que les humains modifient sans cesse l'environnement. 
Bâton: tous les animaux sont comme cela? 
Oiseau: oui, bien sûr, l'intelligence n'est pas réservée aux plantes comme toi. 
Bâton: je ne suis pas une plante, Oiseau, je suis un arbre, la partie d'un arbre pour être exact. 
Oiseau: ah, c'est vrai, les arbres sont assez orgueilleux de leur statut, j'avais oublié 
Bâton: tu avais aussi oublié qu'ils t'abritent et te servent de perchoir, il me semble. Mais dis-moi,  comment lui fais-tu parvenir du courrier à Héron? 
Oiseau: pour les longues distances, les oies ou les canards s'en chargent. Pour les petites distances, tu peux compter sur les chouettes ou les hiboux. 
Bâton: vous êtes vraiment bien organisés! 
Oiseau: ah, ah, Bâton, tu ne sais pas tout! Que cela ne t'empêche pas de chanter, ceci dit. 
Bâton: ne t'en fais pas, Oiseau, ne t' en fais pas, j'ai retenu ton conseil. 

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum 
 
Subventionnez ces textes en allant sur Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions

]]>
<![CDATA[A propos des troubles de l'amour]]>Sun, 31 May 2015 20:25:29 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-des-troubles-de-lamour
Bâton: Femme-arbre, je reviens encore une fois vers toi parce que je crois que tu m'as menti. 
Femme-arbre: menti, moi, pourquoi? En général c'est à moi que l'on ment. 
Bâton: tu m'as dit que si mes intentions étaient pures, je gagnerais le cœur de celle que j'aime mais je vois bien maintenant qu'elle ne m'aimera jamais. 
Femme-arbre: Bâton, je ne suis pas une voyante et je ne sais pas si tes intentions sont vraiment pures mais que s'est-il passé? Je croyais que vous étiez amis? 
Bâton: oui, moi aussi, mais elle fait maintenant comme si elle ne me connaissait pas et elle repousse mes avances. 
Femme-arbre: elle repousse tes avances? Qu'as-tu fait? 
Bâton: j'ai voulu faire quelque chose que j'aime avec elle mais elle n'a pas voulu. Je pensais qu'elle partagerait avec moi quelque chose  qu'elle aime mais elle ne l'a pas fait. 
Femme-arbre: a-t-elle bien compris ce que tu voulais, t' a-t-elle dit quelque chose de définitif? 
Bâton: je ne sais rien de tout cela et elle ne m' a rien dit de définitif mais je vois bien que je l'ennuie et qu' elle n'est plus comme elle était. 
Femme-arbre: ah, tu vois les choses! Pourquoi as-tu donc besoin de me parler si tu vois ce qui est?  Je ne la connais pas mais tu lui as peut-être trop demandé d'un coup. De quel bois est-elle fait? 
Bâton: d'un bois très fin et très droit 
Femme- arbre: ce sont les plus beaux et les plus fragiles. Elle veut sans doute se protéger et elle a raison, c'est ce que j'aurais dû faire moi aussi il y a longtemps. Tu crois que pour nous les choses sont claires et simples comme elles le sont pour vous mais tu te trompes, il nous faut peser nos options, voir les conséquences, savoir si cela sera convenable. 
Bâton: devrai-je ne plus chercher à la voir?  
Femme-arbre: si tu es prêt à le faire, fais-le. Elle aura alors le temps de réfléchir à ce  qui se passe et elle verra que tu respectes son indépendance. Je crois que c'est ce qu'elle veut. 
Bâton: mais pourquoi était-elle si aimable avec moi ?  
Femme-arbre: elle pouvait l'être juste parce qu'elle aime plaire mais maintenant qu'elle sait qu'elle t'a touché, elle se demande si elle veut aller plus loin. Prends le risque de ne plus lui montrer ton affection et tu verras si cela lui manque. Tu verras aussi si cela te manque. 
Bâton: c'est si compliqué et si difficile! L'amour devrait n'être que joie. 
Femme-arbre: tu es naïf, Bâton, l'amour n'est pas un long fleuve tranquille, il y a des va-et-vient, des pas en avant et des pas en arrière,  ce n'est pas si simple pour nous de nous engager et de faire confiance parce que nous avons plus à perdre que vous. L'esprit féminin est bon juge des affaires du cœur et elle sait ce qu'elle fait, tu dois t'en remettre à elle. Si vous vous plaisez, cela finira par être clair, sinon, vous saurez que ce n'était qu'une illusion. 
Bâton: je crois que je vais aller prier. 
Femme-arbre: pour ça, il faut que tu ailles voir Ange mais je ne suis pas sûre qu'il soit d'un grand secours!

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum

Subventionnez ces textes en allant sur Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions



]]>
<![CDATA[A propos des jours où rien ne va]]>Tue, 19 May 2015 18:57:02 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-des-jours-ou-rien-ne-vaBâton: ah, Héron, te voila,  je voulais te demander, as-tu déjà connu des jours où rien ne va? 
Héron: oui, bien sûr, ces jours-là font partie de la vie, Bâton, tu ne le sais pas encore? 
Bâton: c'est ce que je pensais mais je voulais vérifier avec toi. Sais-tu pourquoi ils arrivent? 
Héron: j'ai une idée mais je ne sais pas si elle est juste. Je crois que ce sont des tests. 
Bâton: des tests? 
Héron: oui, des tests d'endurance, des tests de personnalité. Des tests pour savoir si tu te laisses abattre ou si tu te relèves pour continuer. 
Bâton: tu as un exemple? 
Héron: l'autre jour, j'étais tranquillement perché sur une de mes pattes à guetter le poisson qui ne venait pas quand une branche m'est tombée dessus. Un peu sonné, j'ai voulu rentrer dans ma héronnière pour me reposer mais comme mon aile me faisait mal, j'ai du clopiner jusque là, j'avais honte. Quand je suis arrivé, je n' avais plus de maison, elle s' était envolée.  
Bâton:  tu as fait quoi? 
Héron: je me suis allongé dans un fourré en espérant que le renard ne me trouverait pas, j'ai passé la nuit là, le vent s'est calmé, mon aile s'est remise, j'ai réparé ma héronnière le lendemain avec toutes les branches que le vent avait fait tomber. 
Bâton:  tu es impressionnant, Héron. 
Héron: quand rien ne va, il faut reprendre des forces et attendre le lendemain. Si rien ne s' est arrangé tout seul, au moins tu as de l'énergie fraiche pour commencer la journée et réparer ce qui doit l'être. 
Bâton: et si ça dure? 
Héron: ça ne peut pas durer toujours si tu agis pour que ça passe, c' est aussi dans l'ordre des choses, c'est pour cela que je te dis que ce sont des étapes normales de la vie. 
Bâton: oui, des tests, je comprends mieux. 
Héron: quoi que ce soit qui te perturbe, Bâton, laisse le temps passer, il te permettra de trouver la solution qui t'échappe sur le moment parce que tu es trop accaparé par ce qui ne va pas 
Bâton: je dois donc m'aérer la tête? 
Héron: oui, c' est une façon comme une autre de le dire. Au fait, mes poissons tu y as pensé? 
Bâton: ah, ah, tu ne perds pas le nord, oui, j' en ai, je te les pose là. 

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum

Subventionnez ces textes en allant sur Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions
]]>
<![CDATA[A propos des intentions pures]]>Mon, 11 May 2015 16:24:10 GMThttp://lesespacesdiscrets.weebly.com/les-chroniques/a-propos-des-intentions-puresBâton: Femme-arbre, j'ai repensé à ce que tu m'as dit la dernière fois et j'ai une question pour toi: qu'appelles-tu des intentions pures? 
Femme-arbre: ah, Bâton, je vois que tu penses beaucoup à celle que tu aimes! Pourquoi l'aimes-tu? 
Bâton: elle me fait rire. 
Femme-arbre: elle te raconte des blagues? 
Bâton: non, pas du tout, mais ce qu'elle dit et la façon dont elle le dit me rendent heureux. 
Femme-arbre: elle te fait des compliments? 
Bâton: non, pas du tout, mais j'ai l'impression qu'elle me fait confiance. 
Femme-arbre: ah bon ? 
Bâton: elle me parle parfois comme si j'étais son ami. 
Femme-arbre: et toi, que fais-tu pour elle? 
Bâton: je l'écoute et je la laisse tranquille. Je ne lui parle que si elle me fait signe. 
Femme-arbre: je crois que tu dois parfois prendre l'initiative de lui parler sinon elle va croire qu'elle t'ennuie. Pourquoi la laisses-tu tranquille?
Bâton: tant se pressent autour d'elle, elle apprécie sans doute d'être seule.
Femme-arbre: ce n'est pas sûr, Bâton, ce n'est pas sûr, quelle femme n'aimerait pas être remarquée? Tu es malin ceci dit, tu as sans doute réussi à l'intriguer. 
Bâton: Femme-arbre, tu me prêtes de mauvaises intentions. Je ne veux pas l'ennuyer, c'est tout. 
Femme-arbre: Bâton, va-t'en avant que ce soit moi qui sois séduite. Tu es plus charmeur que tu ne veux l'avouer mais en ce qui la concerne, je crois que tes intentions sont pures. 

Posez vos questions existencielles à un des personnages sur le forum

Subventionnez ces textes en allant sur Tipeee (dons en euros) ou Patreon (dons en $) et ayez un dialogue écrit à partir de vos suggestions




]]>